Le Charlie moyen, c’est un consommateur docile, qui s’abreuve des conneries de la télé.

Life goes on, bitches

Parlons sérieusement, sans concessions, censure ou autre forme d’abandon de liberté, pour changer :

« Je suis Charlie ! »

Ah bon, t’es sûr ?

Tu ne serais pas plutôt la mode, la subversion confortable de canapé, la consommation de masse, la rivalité ostentatoire, la soumission au système, au marketing, un suceur de bite de multinationales répugnantes, l’incohérence crasse entre ce que je veux paraître au regard des autres et ce que je suis.

« Je suis une merde, en vérité. »

Et si plutôt que de partager une image à la con, on faisait bosser autre chose que des neurones miroirs. Si on éteignait tous définitivement sa télé pour s’émanciper de son contrôle, pour ne plus subir l’influence de la publicité et la propagande capitaliste. En profiter au passage pour se cultiver un peu, revenir à des activités saines.

charlie

Et si on boycottait les soldes, l’agro industrie, la consommation de masse, les candidats politiques offerts sur un plateau médiatique sous contrôle, pour servir tout sauf nos intérêts, pour défendre tout sauf nos libertés.

Si on n’achetait pas toutes ces marques qui ne méritent que notre indignation pour leur impact écologique désastreux, leur rapport « compétitif » au travail et aux acquis sociaux, leur optimisation fraude fiscale, plutôt que l’amour qu’on leur porte pour quelques spots de pub, pour se la péter l’espace d’un instant et payer la came toujours moins cher.

Bref, si on faisait vraiment de la subversion au système merdique auquel on nous fait adhérer par martelage médiatique. C’est peut être le moment d’y réfléchir.
Si on prenait conscience que la croissance infinie est impossible et qu’on surexploite l’environnement et les hommes pour des points de PIB, mais certainement pas pour des points de bonheur.

Si on réapprenait à vivre avec plus d’humilité matérielle, privilégiant l’utile et le durable au futile éphémère.
Si on réapprenait à voir l’autre comme un membre d’un même collectif, plutôt qu’un rival à écraser.

Au cas où vous ne seriez pas au courant, tout notre système économique est basé sur un postulat de départ faux. Oui, celui là que défendent quotidiennement tous « les experts » de toutes vos chaines et radios préférées, libres d’exprimer leur idéologie, celle de ceux qui les financent, qui vous vantent les bienfaits de la sacro-sainte croissance et la sublime consommation censée la soutenir, repris par les politiques de tous bords qui défendent des intérêts privés.

Est-il si bon d’offrir à des intérêts privés, la liberté de contrôler les médias?

Pourtant, ce modèle de croissance infinie est une connerie absolue. On charge la barque, sans limite, ELLE NE PEUT PAS COULER ON VOUS DIT. Et pourtant elle prend déjà l’eau !
On nous vante les bienfaits d’accélérer face au précipite qui approche (l’épuisement ou la dégradation d’un grand nombre de ressources : énergies fossiles, minerais, phosphore, poissons, arbres, eau potable, qualité de l’air…)
Mais personne voit le niveau de connerie du truc ? On s’en tape, on continue à se gaver jusqu’à en crever tous ?
Et je parle même pas du réchauffement climatique qui va perturber la sécurité alimentaire de milliards d’humains sédentaires. J’ai hâte de voir la tolérance et la solidarité qui inondera alors notre belle civilisation mondiale, soumise à la loi des marchés financiers, aux propriétaires de l’eau, aux breveteurs du vivant, aux vendeurs de camelote.

C’est une vérité scientifique indiscutable. Ce qui l’est moins, c’est que continuer de fonctionner avec une approche capitaliste néo libérale nous rendra heureux. Prenez le temps d’écouter les travaux de Jancovici par exemple, c’est limpide et extrêmement instructif sur les dysfonctionnements actuels et les changements à opérer.

Là où Jancovici me conforte dans mes convictions c’est qu’il fait une analyse et une critique scientifique de nos modèles économiques biaisés pour arriver aux mêmes conclusions de tous ceux qui remettent en cause la croissance, le PIB comme indicateur, la consommation de masse etc.

J’essaye de résumer :

Notre activité productive décrite en terme de flux consiste à prélever dans l’environnement des ressources finies ou renouvelables pour les transformer avec de l’énergie en quelque chose qui nous semble plus utile.
Et le seul indicateur qui nous semble pertinent, le PIB, est lié à la vitesse de prélèvement et de transformation, qu’on voudrait faire croître à l’infini… C’est juste débile !

A aucun moment on ne se pose la question si le fait de taper dans le patrimoine est positif ou non, si l’impact vaut ce qu’on en tire, puisque l’arbitrage se fait en fonction de l’argent qui s’échangera à la suite du prélèvement. Si on ne pourrait pas fonctionner en répondant à nos besoins réels avec les prélèvements déjà opérés ou en se limitant à l’utile.

ça arrange tous les acteurs décisionnels d’augmenter les prélèvements, comment pourraient-ils avoir une approche rationnelle du problème ? A nous de leur imposer une approche rationnelle, ou de reprendre le pouvoir.

Pour aller au bout de ce raisonnement, ce qui devient d’autant plus fâcheux, c’est que les taux de prélèvements actuels épuisent les stocks finis et ne laissent pas le temps aux stocks renouvelables de se régénérer.
Si on ajoute la pollution générée au passage (CO2, plastique, pesticides, polluants divers) qui affaiblit encore les stocks existants d’eau potable, de poissons, de terres agricoles, etc et plus généralement affaibli la vie dans son ensemble et ouais ! On est en train d’assister une crise d’extinction massive, rien que ça ! Amplifié par la monoculture, l’uniformisation et donc perte de diversité génétique des espèces végétales et animales.

Je m’égare, revenons à l’action, parce que l’enjeu c’est justement ça, prenez le risque de changer votre rapport aux médias, votre rapport à la consommation, à la politique :

Si on soutenait des projets qui ont du sens, par nos choix de consommateur, par le temps qu’on peut consacrer à partager, échanger avec les autres. Si on relocalisait et se réappropriait l’économie.

Si on envoyait chier cette Europe des lobbys qui exploite les peuples et défend les multinationales. Si on criait haut et fort qu’on ne tolère pas des traités comme le TAFTA qui va à l’encontre de nos intérêts, de nos libertés.
Si on leur faisait comprendre qu’ils ne nous prendront pas internet.
Si on exigeait la fin de la publicité, l’interdiction du financement des médias par des industriels.

Si on agissait en dépassant le cadre du fauteuil de bureau.

Si on osait sortir de notre petit confort pour s’attaquer aux injustices, à l’exploitation institutionnalisée, au capitalisme, au contrôle des institutions financières sur nos possibilités politiques, à la toute puissance des multinationales, aux paradis fiscaux et j’en passe.

Si on s’indignait autant de la misère qui s’installe massivement et structurellement dans nos pays et ailleurs et qui tue dans l’indifférence.

Si on se réappropriait le pouvoir plutôt que d’accepter cette blague de représentativité, ascenseur vers la corruption qu’on nous vend comme « système démocratique ». Cette blague de choix entre des partis libéraux, qui ne mettent en débat que des sujets futiles qui ne les différencient en rien sur le fond.

Si on s’intéressait aux œuvres de Bernard Maris, une des victimes dont on parle peu, qui montre comment la France s’est vendue aux USA, comment les gens qui dirigent l’Europe et la France auraient plutôt leur place en prison… non, on s’est focalisé sur les caricatures, inoffensives pour  la délinquance en col blanc qui ne sera pas inquiétée pour ses méfaits conséquents.

C’est sûr que changer, agir c’est plus compliqué et ça demande un peu plus de courage qu’un statut facebook,

Je dis ça… je vaux pas mieux que vous, je suis Charlie, dans un fauteuil au chaud et profitant de mon confort matériel de privilégié occidental, mais merde, bougeons-nous.

charlie-530x297

bêêêêêêêêêê

Pour finir, si on prenait le temps de réfléchir, de s’intéresser aux causes, comme nous le suggère cet article.

« Notre problème, c’est de faire en sorte qu’il n’y ait plus personne en France qui n’ait tellement plus rien à espérer et à attendre de son propre pays natal au point d’en être réduit à n’avoir pour seule raison de vivre que de tuer des gens en masse, chez nous ou ailleurs. »

La misère, l’exclusion, le fanatisme, la bêtise, la haine de l’autre, l’exploitation… y’a du boulot quoi, mais hop, sortons-nous les doigts.

Déjà, faudrait peut être rappeler que l’islam radical, il ne sort pas sa puissance de diffusion actuelle du néant. Il est depuis longtemps combattu par des musulmans modérés majoritaires hier et aujourd’hui. Mais au lieu de soutenir ces derniers, qui partagent nos fameuses valeurs dont tout le monde se prétend aujourd’hui, nos gouvernements corrompus démocratiques les ont affaiblis depuis des décennies !
Le fait d’avoir déstabilisé volontairement certains pays pour s’accaparer leurs ressources, voire même mis en place des gouvernements ayant une vision de l’islam radicale pour pas dire pire, toutes ces actions menées par des gouvernements / compagnies pétrolières OCCIDENTALES, ont changé les rapports de forces entre modérés et radicaux, en faveur malheureusement des radicaux et ce combat se répand à pas mal de pays encore modérés il y a peu.
ça fait des décennies qu’ on arrose des mecs qui sont ouvertement fanatiques, et c’est en partie grâce à cela que leurs idées ont pu se diffuser massivement par la force et la propagande, c’est pas un scoop si ?
voir la face cachée du pétrole, ou la page wikipédia de l’Arabie Saoudite parmi d’autres.

« L’Arabie saoudite est une monarchie islamique de type absolue contrôlée par la famille Saoud.

La Constitution du pays se fonde sur le Coran et la sunna selon la compréhension des compagnons de Mahomet. Aucune manifestation ou culte d’une autre religion n’est acceptée et ceux qui expriment à ce titre une opinion différente sont déclarés apostats et passibles de la peine de mort. La liberté de religion de la population non musulmane d’origine y est très restreinte, et doit s’exercer exclusivement dans le domaine privé »

Ces mecs là seraient pas en place s’ils n’avaient pas servi sur un plateau leur pétrole aux compagnies occidentales, pour leurs profits, notre expansion économique et notre confort.

De même, l’Irak ne serait pas le terrain de jeu de daech, si les US n’avaient pas mis le pays à feu et à sang pour des raisons douteuses qui ne sont certainement pas celles qui étaient censées justifier leur intervention.

Sans parler de tout le reste, de tous ceux qui ont des raisons légitimes d’en vouloir à cet occident qui pillent leurs ressources sans se soucier de la pollution générée, sous répression et complaisance de gouvernements corrompus soutenus par… ces mêmes pays occidentaux.

C’est aussi reconnaître un rapport de force qui est favorable à nos pays, nos multinationales, leur assure des profits considérables et qui s’exprime selon l’époque ou la zone géographique avec plus ou moins de violence.

Je m’étendrai pas plus sur le sujet, c’est complexe, mais vous pouvez par exemple suivre Michel Collon qui en parle très bien. Encore quelqu’un à écouter pour bousculer notre confort intellectuel, vraiment. VRAIMENT, PUTAIN, C’EST QUOI 45 MINUTES ???

Et si on s’indignait de ces morts, par milliers, contre l’exploitation, l’entretien agressif de conditions de vies misérables qui ne donnent aucune perspective de paix.

 

Ensuite, la violence, le fanatisme propagé par la propagande islamiste ne trouveraient pas d’écho dans nos pays si on n’y avait pas laissé s’installer dans une telle proportion la bêtise, la misère, les inégalités, l’exploitation, la haine de l’autre.

Je ne fais pas qu’allusion aux 3 débiles paumés qui font l’actu, mais à cette tranche non négligeable qui trouve leur action légitime et n’hésite pas à le faire savoir sur internet ou ailleurs.
Tout comme ceux qui veulent répondre à cet acte par la haine du musulman et la violence.
Et même tous ces Charlies qui se foutent royalement de vivre dans une société malsaine jusque dans ses principes du moment qu’ils peuvent s’acheter le dernier iphone.

La croissance contre le chômage ! mais bordel on sort de décennies de croissance, ça empêche pas d’avoir des millions de français qui n’ont aucune perspective de trouver un emploi. La raison c’est qu’on laisse gérer l’activité économique par des multinationales dont le but est de réduire au maximum le coût salarial, en éclatant au passage les acquis sociaux : retraites, sécurité sociale etc.

Et si on se réappropriait le travail, pour permettre à chaque personne de trouver son rôle dans la collectivité, si on le finançait nous même pour se défaire de l’exploitation salariale, pour mener des projets utiles et intelligents plutôt que des projets rentables. Rentables pour qui ? Le peuple ? Mon cul !

Quel projet de société suivons-nous ? Celui d’exploiter l’ensemble des ressources existantes jusqu’à épuisement pour que les hommes puissent polluer, remplir des décharges et s’échanger du fric en faisant des boulots débilisants et inutiles ?
Beau projet ! C’est motivant, ça donne vachement envie de participer LoLoLoL xD
Quand la classe politique dominante montre ouvertement sa corruption, sa connivence avec le monde financier, il serait peut être temps de se révolter un peu, et autrement qu’avec une bougie.

On nous abreuve de valeurs véhiculées par la propagande capitaliste, omniprésente dans nos médias, les talks shows, les séries, les films, valeurs qui sont l’exploitation de l’autre, la propriété sans limite (inscrite dans notre constitution WTF !), la compétition exacerbée,  l’individualisme, la complaisance aux multinationales. Mais bien entendu que la guerre idéologique est mal engagée et que les gens se comportent comme des connards, c’est le modèle qu’on leur donne et incite à suivre. Le rapport à l’autre suggéré est un rapport de domination, pas de collaboration.

Enfin, si on abandonnait nos bonnes manières pour se révolter contre l’inacceptable, contre les terroristes du quotidien qui asservissent, affament, exploitent.

9 réflexions au sujet de « Le Charlie moyen, c’est un consommateur docile, qui s’abreuve des conneries de la télé. »

  1. C’est un point de vue intéressant, mais par trop défaitiste et désespérant, laissons au peuple de France ému,éprouvé, le loisir de s’indigner et de manifester son désarroi. Il existe une conscience collective, endémique, qui se révèle dans des moments historiques, rares, qui apporte une réponse pertinente face à une tragédie qui dépasse l’entendement. Ces millions de gens que l’on croyaient inertes lobotomisés par les médias, se révèlent dignes, prosaïques, rebelles d’un jour, certes, mais pour toujours. D’aucuns fustigeaient ou ignoraient Charlie Hebdo, mais chacun possède dans son âme, intrinsèquement, la symbolique d’un ou de plusieurs dessins d’un de ces héros géniaux assassinés par des barbares.
    Enfin pour faire bref, arrêtons de prendre tous les autres pour des cons

    • juste pour être sûr, t’as cliqué sur le « lire la suite » ? 😀

      Si c’est le cas et que ton message concerne bien l’ensemble de l’article je répondrai, mais là je doute un peu.

    • Je rejoins Jeff, c’est trop facile de faire un rapprochement entre le soudain engouement autour de Charlie Hebdo et l’inertie de la population face à la multitude des problèmes que tu évoques. C’est hors sujet et opportuniste de ta part aussi, laisse le peuple s’exprimer, manifester l’unité, faire le deuil pour certains.
      En plus tu mélanges pleins de choses, si je lis en diagonale au début ça fait : suceur de bite (!!), CO2, ressources épuisables, lobbys, pesticides, plastique, consommation de masse, réchauffement climatique, PIB…
      On va très loin là quand même, vers la fin de l’article, tu reviens un peu vers le sujet (si il y en a un), mais toujours avec ce ton assez haineux. Ce n’est pas en crachant tes convictions que tu risques de convaincre qui que ce soit.
      « Encore quelqu’un à écouter pour bousculer notre confort intellectuel, vraiment. VRAIMENT, PUTAIN, C’EST QUOI 45 MINUTES ??? »

      • y’a une part de provoc, c’est clair, ceci dit j’ai vraiment pas voulu être haineux dans mes propos, si c’est comme ça que les lecteurs le prennent c’est que je me suis loupé, mais compte tenu de pas mal d’autres retours, je suis plutôt content. Je déplore surtout le décalage entre les apparences et les actes, entre se dire subversif et l’être. Je me compte parmi les Charlie.
        Ensuite ouais je balance ma propagande, mais je pense qu’elle est bien plus légitime et qu’il faut l’opposer à la propagande habituelle, au moment où je peux faire réfléchir quelques pélos et moi-même, parce qu’on est un peu réveillés et attentif pour changer.
        Tu trouves que je « crache » mes convictions, que je m’y prends de manière maladroite, ben dsl mec j’ai fait du mieux que j’ai pu ^^
        Si c’est mieux foutu ailleurs, hésite pas à le partager.

        Je vais aussi te citer le mec qui m’a inspiré l’article, qui est encore plus radical que moi ^^ :

        « boon je commence à en avoir marre que tout tourne autour de Charlie Hebdo…
        cad en bienpensance hypocrite et célébration des notions de « dessins » et d' »informations » au sens le plus large, vide et ridicule possible… les crétins asservis qui prostituent leur liberté tous les jours se mettent à jouer la minute d’héroisme histoire de venir au secours du succès de la « presse », ce magnifique contre-pouvoir, tout contre….
        ya vraiment trop de gens qui devraient pas avoir le droit d’utiliser des mots comme « liberté », ça sonne tellement mal dans leur bouche, c’est tellement une insulte aux victimes de toutes les tragédies et de tous les réels procédés d’asservissement !
        ils connaissent que la liberté du marché capitaliste et de la société de consommation, c’est beau d’avoir de nobles valeurs à défendre hein
        pour eux la liberté la plus intellectuelle possible c’est dessiner des conneries qui peuvent froisser certains arriérés qui vivent dans des grottes, waouh paie ta rebellion métaphysique !
        on va pas leur demander de lire Karl Kraus et ses suiveurs pour comprendre un peu mieux comment fonctionnent les systèmes de communication soit disant libéraux et pourquoi justement si on est attaché aux principes de démocratie réels on devrait plutôt réduire et repenser la délirante liberté de la presse, et arrêter de se la péter platement en utilisant l’expression « droit d’informer » de manière intransitive
        mais quand on est des crétins incultes élevés à la télé poubelle ou en connivence avec le système, c’est effectivement plus facile ou plus stratégique de brasser de l’air sur des conneries en se donnant un genre
        ce qu’il y a de bien avec les coups d’épée dans l’eau et les tirs en l’air dans le vent, c’est qu’on risque pas d’atteindre le moindre ennemi réel qui serait soit dangereux soit lié à notre camp corrompu…. du coup c’est tout bénef on s’amuse bien et on risque rien, surtout pas de changer quoi que ce soit au moindre état de fait révoltant
        j’ai mis mon mp3 parce que j’en pouvais plus d’entendre « liberté » répété 150 fois dans des phrases ineptes et autres conneries à la télé, prononcées par des gens de la classe dominante qui nous encule en plus ! ya des limites au foutage de gueule, mais si ya une chose qu’on finit par constater, c’est que les politiciens et les chiens de gardes médiatiques ne reculent jamais devant aucune de ces limites
        et puis le respect pour les victimes est vraiment très localisé hein, même dans cet évènement on parle que des dessins rigolos et « inoffensifs » (dans cette optique, puisqu’attaquant le bouc émissaire musulman/étranger et non le système interne beaucoup plus responsable de nos maux) et jamais des oeuvres de Bernard Maris qui montre comment la France s’est vendue aux USA, comment les gens qui dirigent l’Europe et la France auraient plutôt leur place en prison… non bien sur ya 2 poids 2 mesures attends la délinquence en col blanc va quand-même pas être inquiété par ses méfaits conséquents, vaut mieux se concentrer sur l’acharnement malsain sur 3 pauvres cinglés responsables d’un épiphénomène…. »

  2. Petite mise au point pour clarifier certaines choses et répondre à certaines critiques, celle de jeff notamment qui avait bien lu tout l’article à ma grande surprise :

    Y’a le choc, l’émotion, j’ai moi même été très mal. Je ne peux sans doute pas réaliser ce que c’est pour quelqu’un qui a été bercé par les œuvres de ces artistes.

    Bien sûr, il y a une part principale d’indignation sincère dans les manifestations, et elles font beaucoup de bien pour encaisser le coup, je ne remets pas ça en cause.
    Je me suis aussi réjouis de voir cette réaction massive et spontanée pour dire non à la violence (enfin pas toujours, parce que certains en redemandent), mais bon au fond tout ça on savait quoi, une partie de la France est raciste, pour la peine de mort et heureusement minoritaire, l’autre non.

    Qu’est ce que ça change ?
    On se lève pour dire non à la violence mais on ne se lève pas contre ce qui crée la violence.
    C’est comme dire qu’on est contre le massacre des bébés phoques et pour les manteaux en fourrure, on jette des glaçons dans un volcan et on ne veut pas qu’ils fondent, c’est n’importe quoi.
    On a laissé nos gouvernements préparer la partie visible de l’iceberg qu’on a vu pointer mercredi. Compte tenu de la misère ambiante, de la haine latente, de la situation en Afrique, c’est malheureusement une évidence. Ne confonds pas défaitisme et réalisme.
    On dit qu’on ne veut plus voir ça mais on tolère ce qui prépare ça… C’est complètement inconsistant non ?
    J’aurais tord de chercher où se situe réellement le problème et ce qui pourrait nous en débarrasser ? Mais qui prend les gens pour des cons ?

    « je suis une merde, en vérité », c’est de la provoc. (moi aussi je surfe sur la vague) mais je ne suis pas snob au point de prendre mes semblables pour des merdes (ou des cons comme tu dis).
    Je ne me trouve pas meilleur qu’un autre, ni que je suis une merde, CQFD 😀

    On laisse habituellement se faire la barbarie dans l’indifférence générale et on continuera tant qu’elle ne nous éclabousse pas la gueule, tout comme on laisse actuellement germer les graines la barbarie de demain, c’est ça que je veux dire. Et attention, c’est de la culture intensive.

    Mais c’est là qu’il faut agir et il me semble que les quelques idées en l’air que j’ai envoyés sont liées. C’est en ça que ça n’est pas hors sujet.

    J’ai l’impression qu’on me reproche de ne pas me centrer sur « Charlie Hebdo » dans ce drame, mais justement. Si on parle de la violence latente qui guette nos sociétés, parlons-en vraiment. Si on parle du rôle de la presse et des médias allons jusqu’au bout.

    Oui on doit pleurer ses héros, mais il ne faut pas en rester à l’approche BFMienne ou sentimentale du problème.

    On m’a justement reproché plus ou moins de faire du hors sujet, de raconter ce que je voulais en faisant moi aussi de la récupération.
    Si j’avais effectivement l’envie de réécrire sur Jancovici après avoir vu la vidéo que je cite, ça ne m’en semble pas moins très lié au sujet.
    On se pose la question de la liberté, de la violence, des médias.
    La violence de demain se prépare dans la misère sociale ou intellectuelle d’aujourd’hui.
    Et je maintiens que préparer à vitesse grand V la pénurie de pas mal de ressources sans changer de système, en maintenant la compétition exacerbée entre les hommes et un dérèglement climatique, dans un système mondialisé et sous tension démographique, c’est préparer un monde ultra violent.

    Le niveau de violence est corrélé à la misère sociale et intellectuelle, on est au moins d’accord là dessus ?

    Je vais pas vous faire le sermon des années 30 mais y’a des similitudes qui font bader (et 1 point godwin, héhé, j’ai failli oublier).

    Maintenant, on nous incite à l’union nationale, mais pour en faire quoi ?
    Un patriot act à la française comme des politiques l’ont déjà suggéré ? Magnifique !

    C’est là où je voudrais voir l’indignation mais j’ai bien peur qu’on ne la verra pas, comme d’hab j’ai envie de dire, comme pour le TAFTA et tout ce qui compte vraiment.

    Quels sont les dessins qui ont circulé le plus ? sur quoi portent les débats médiatiques liés au drame ?

    « Ces millions de gens que l’on croyaient inertes lobotomisés par les médias, se révèlent dignes, prosaïques, rebelles d’un jour, certes, mais pour toujours. »
    C’est là où je ne suis vraiment pas d’accord.
    C’est en grande partie la télé qui a mis les gens dans la rue aujourd’hui, et y’a aucune rébellion à quoi que ce soit de sérieux en vue, c’est le capitalisme qui semble là pour toujours.

    Enfin, je te trouve injuste sur le « défaitiste et désespérant ».
    Un constat que j’espère objectif qui essaye de proposer des solutions n’est pas défaitiste ou désespérant. Vouloir changer, déjà moi-même, n’est pas signe de désespoir mais d’espoir au contraire.

    Je ne cherche pas à cracher sur les gens, je les aime, je veux construire avec eux et je lis Damasio « la zone du dehors » en ce moment, ça m’influence sans doute un peu.

    Y’a aussi quelque chose de thérapeutique dans cet article. Pour faire mon deuil, pour me convaincre moi-même, et peut être quelques autres.

    et bordel ! J’hallucine quand même qu’un COMMUNISTE, me reproche cet article en particulier… on aura tout vu 😀

  3. Bonsoir,
    Les productions audio-visuelles ne sont pas toutes à mettre dans le même panier.
    Procurez-vous la série Utopia … diffusée en 2013-2014 sur Canal +
    (un remake est prévu par HBO, mais est-ce utile vu la qualité du premier jet ?…)
    Cordialement

    • je parle de la couverture médiatique globale, de l’information diffusée qui est très critiquable et de l’abrutissement ordinaire.

      Sinon bien sûr, il y a des choses très bien à la télé, mais ce n’est pas vraiment ce que les gens regardent en général.

      Et utopia oui, c’est plutôt sympa, avec une très bonne BO : https://www.youtube.com/watch?v=SsJXfkOlCLw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *