Bolchegeek : Du fun et des réflexions de fond, sur les références de notre jeunesse.

bolchegeekJ’ai déjà eu l’occasion de dire que le contenu proposé sur youtube par des créateurs ayant peu de moyens, vaut souvent mieux que celui proposé par la télévision.

Il faut fouiller un peu pour trouver les pépites du web, et en voici une qui mérite notre attention !
J’avais déjà parlé d’e-penser et d’autres viendront (doxa, dirtybiology, etc.), mais la singularité de celle-ci est qu’elle n’a que très peu de visibilité (moins de 10k vues sur la chaîne à ce jour !!!), alors qu’elle défonce !

Lire la suite

L’homme et les nouvelles technologies, chapitre 1 : Un homme presque parfait.

christianEn 2010, Cécile Denjean a réalisé pour Infrarouge et France 2, le documentaire « Un homme presque parfait ».

Dans ce film, elle présente les dernières prouesses de la médecine « mécanisée » : les prothèses, les implants, un bon aperçu de ce qui se fait de mieux pour réparer, voire améliorer l’humain.
On montre des membres artificiels, puis tout ce qui touche au cerveau bientôt connecté à l’informatique et à une flopée de capteurs qui dépasseront nos yeux, nos oreilles. On termine avec les avancées en matière de gestation et tout ce qui touche à la procréation.

On s’interroge de manière assez ouverte, sur cet homme du futur, qui émerge aujourd’hui et que nous côtoierons ou même que nous serons dès demain. On prend ainsi conscience de la révolution en marche, de ses possibilités, de ses dangers. En tout cas que ce soit bien ou mal, la science avance et ouvre des perspectives assez incroyables. De nombreux intervenants posent alors des questions très justes sur l’homme, sur le sens de la vie, c’est vraiment bien construit.
Il revient sans cesse ce dilemme : ce qui répare permet aussi d’améliorer, de faire autre chose et plus que de l’humain.

Je vais profiter de la présentation de ce film que j’adore pour aborder cette question des nouvelles technologies appliquées à l’homme, cette science fiction contemporaine à laquelle nous assistons. Préparez-vous à un bon gros mindfuck :

Lire la suite

Le Charlie moyen, c’est un consommateur docile, qui s’abreuve des conneries de la télé.

Life goes on, bitches

Parlons sérieusement, sans concessions, censure ou autre forme d’abandon de liberté, pour changer :

« Je suis Charlie ! »

Ah bon, t’es sûr ?

Tu ne serais pas plutôt la mode, la subversion confortable de canapé, la consommation de masse, la rivalité ostentatoire, la soumission au système, au marketing, un suceur de bite de multinationales répugnantes, l’incohérence crasse entre ce que je veux paraître au regard des autres et ce que je suis.

« Je suis une merde, en vérité. »

Et si plutôt que de partager une image à la con, on faisait bosser autre chose que des neurones miroirs. Si on éteignait tous définitivement sa télé pour s’émanciper de son contrôle, pour ne plus subir l’influence de la publicité et la propagande capitaliste. En profiter au passage pour se cultiver un peu, revenir à des activités saines.

charlie

Lire la suite

Il suffisait d’e-penser

e-penser !

Encore une chaîne YouTube qui mérite notre attention. Si vous suivez mes recommandations, vous allez finir par passer votre vie à regarder youtube. Je dirais simplement qu’il vaut mieux passer son temps à mater de bonnes vidéos youtube que de la mauvaise télé.

Donc, la chaine e-penser propose de stimuler notre curiosité par des questions intéressantes ou marrantes, traitées à la fois de manière sérieuse et distrayante. Merci à Bruce Benamran, son auteur.

Lire la suite

Parlons du web, avec Benjamin Bayart.

Je viens de découvrir Benjamin Bayart. Je ne sais pas si c’est le bout de chemise qui dépasse ou la cravate Tex Avery qui m’a séduit, en tout cas j’adore ce mec.

Alors aujourd’hui, on parle de nouveau d’Internet. Mais plus de son fonctionnement matériel, de sa consommation d’énergie, mais de ce qu’il est en tant qu’outil et en quoi son existence même change notre monde.

On trouve pas mal de vidéos de lui sur la toile, j’en ai sélectionnée une bien complète, récente, dans laquelle il aborde aussi des questions d’actualités et donne un avis que je partage largement. J’étais très content d’entendre tout ça.
Il commente aussi et c’est très important, la récente « loi contre le terrorisme » et une partie des problèmes qu’elle pose. A voir :

Lire la suite

Usul, notre cher contemporain

3615_Usul_-_Les_geeksComme une majorité d’internautes, j’ai découvert Usul grâce à ses 3615,  animés avec l’excellent Dorian, pour le compte de jeuxvideo.com.

On sentait dès lors qu’au delà de sa passion pour les jeux vidéos, ce qui semblait encore plus intéresser Usul, c’était de nous parler de sujets de fond, de politique, de la société, des médias, de philosophie, etc.

Bref, il ne se limitait pas dans ses chroniques au seul sujet du jeu vidéo, et tant mieux. Si on ajoute la qualité et l’humour des émissions, ils ont ainsi séduit un certain public dont je fais parti.

Lire la suite

L’urgence de ralentir.

Un excellent documentaire qui explique bien les dérives du fonctionnement actuel de l’économie et des sociétés humaines en général.
Des contradictions entre l’intérêt collectif et l’intérêt individuel, entre le court terme et le long terme, mènent à des aberrations dans la gestion des ressources, dans la préservation de l’habitat, dans le rapport à l’autre.
On ne semble prendre aucun recul sur la situation, sur les nombreux problèmes interconnectés que posent la contrainte de croissance du PIB et l’arbitrage des décisions par des critères de rentabilité financière.

Les conséquences sur le travail, l’environnement, sont à l’origine des injustices et des actes irresponsables qu’on peut observer aujourd’hui.
Le niveau de conscience morale de notre espèce, du moins en ce qui concerne la gestion politique globale, pour la prise de décisions cruciales, est de loin insuffisant en comparaison au niveau technique très avancé qu’on a atteint et qui nous donne une influence considérable sur notre environnement.
Autrement dit, on a atteint une capacité d’action gigantesque sur la planète, mais les actions sont guidées par de très mauvais choix, non démocratiques, sur une vision à court terme de maximisation des profits et qui vont à l’opposé de l’intérêt collectif et d’une survie durable, pérenne et paisible du groupe « humain » dans son ensemble, ainsi que la biodiversité qu’il côtoie.

Les 25 premières minutes présentent cette folie, à travers la finance notamment.

Je reviendrai prochainement dans un article sur ce drame de notre époque, qu’on sous estime à mon sens. Mais avant de faire un état des lieux difficile à entendre, et qui pourra paraître pessimiste ou alarmiste, je veux privilégier l’optimisme. C’est ça la grande force de ce documentaire. Quand la plupart des docus Arte font 1h25 de constats affligeants et déprimants et tentent de sauver le coup avec un dernier quart d’heure qui montre des possibles solutions aux problèmes posés, celui ci est avant tout un condensé d’initiatives positives. Elles occupent la majeur partie du film et si besoin, ça peut vous réconcilier avec l’humanité.
Je pense que la plupart des individus ont ce fond généreux et modeste qui permettrait à l’humanité de vivre sans se rendre responsable de la destruction de son habitat, de l’asservissement de ses semblables, et d’une extinction massive des espèces des plus spectaculaire qu’a connu la vie sur Terre, (et oui, excusez du peu…)

 

Dans les solutions présentées, on est le plus souvent au niveau local, parfois avec des groupes minoritaires mais pas toujours, et c’est ça qui me parait très fort. C’est que le plus souvent les gens adhèrent, sont en demande de ce genre d’alternative, pour rompre avec ce qu’ils avaient avant et qui ne les satisfait plus.

Les idées sont multiples, on revient à un rapport sain à l’autre, au travail, au temps, à la consommation, à la vie…

C’est de l’espoir en vidéo, ça change, c’est cool.
Il est grand temps de parler de décroissance, de réinventer le travail, l’argent, de se réapproprier la richesse et la gestion de nos habitat à l’échelle locale et planétaire. C’est pas les idées qui manquent et il y a urgence de les appliquer et donc de ne plus se laisser tromper et diriger par une élite qui trace la route d’un cataclysme.

Bon visionnage.

PS : le réseau colibris 67 lance « le stück ! » une monnaie locale strasbourgeoise.

infos ici : http://www.lestuck.eu/

retour aux pyramides

800px-All_Gizah_Pyramids1-300x199Retour donc, après les quelques articles que j’avais écrit sur le film « la révélation des pyramides », et après avoir passé un temps considérable sur le sujet. Si je ne regrette aucunement le temps passé dessus, sur des sujets passionnants, je peux regretter l’état d’esprit et l’ambiance générale de certains échanges. Ce fut la raison principale de mon retrait total, ainsi que le temps, que je voulais consacrer à d’autres choses.

Mon avis a pas mal évolué en suivant de près les différents intervenants, et c’est finalement ce que je vais partager dans cet article : Ce que j’ai retenu de la révélation des pyramides. Le positif, le négatif et les questions qui restent en suspens. Ensuite, je ne souhaite pas reprendre part aux lynchages « débats ». Si le sujet m’a passionné, il y a des choses beaucoup plus importantes à discuter je trouve, comme le TAFTA !!!

Lire la suite

Internet : La pollution cachée.

internet, la pollution cachéeAujourd’hui web parle du web, sur le web.

Internet. On y passe son temps sur l’interface « utilisateur », on pourrait même dire « consommateur », à brasser des pixels sur tel ou tel support. Mais de la même manière que la vie des produits industriels que nous consommons ne se limite pas à leur achat, et au moment où on les jette, Internet ne sort pas juste de la box. Son existence demande des infrastructures lourdes, une énergie considérable et autant de matières premières. On est loin de se douter du coût environnemental réel d’actions que l’on qualifie de virtuelles.

Voilà de quoi il est question dans ce docu passé sur France 5 : Internet, la pollution cachée.

Lire la suite